© Copyright Christian Jamet 2021

Bela Erdelyi 
Des Carpates à la vallée de la Creuse

Autoportait d'erdelyi.jpg

Natif d’un village des Carpates, tour à tour hongrois, tchécoslovaque et ukrainien à l’époque soviétique, le peintre Bela (Adalbert) Erdelyi (1891-1955) compte aujourd’hui parmi les figures majeures de la peinture transcarpatique moderne au sein de l’actuelle République d’Ukraine. De tendance expressionniste, il fut tout à la fois un maître du portrait, de la nature morte et du paysage, genres à travers lesquels il a révélé un remarquable talent de coloriste. Ancien élève de l’Académie royale des beaux-arts de Budapest, il a notamment séjourné par la suite en Allemagne et en France.

Durant ses années parisiennes, entre 1929 et 1931, ce peintre mélomane a tout à la fois fréquenté les salles de concert, les lieux d’exposition et les musées. Il s’est montré particulièrement sensible à la peinture de Paul Cézanne qui l’a beaucoup influencé.

Bela Erdelyi, Autoportrait (c. 1935),

huile sur toile (d. r.)

Célèbre en Ukraine mais aussi dans plusieurs pays d’Europe centrale (Hongrie, Slovaquie, République tchèque), Erdelyi est aujourd’hui peu connu en France où ses œuvres sont très rares. À côté des peintures qu’il a produites à Paris, celles qu’il a réalisées dans le Bas-Berry se rattachent pourtant à une des périodes les plus prisées de sa production artistique. À la faveur d’un séjour à Gargilesse, entre août et novembre 1929, à l’invitation du harpiste Pierre Jamet (fils du peintre Henri Jamet) avec lequel il s’était lié d’amitié, il a en effet peint des toiles qui l’inscrivent parmi les plus talentueux artistes de la vallée de la Creuse. Il a d’ailleurs participé avec eux à l’exposition parisienne de la Salle des Champs-Élysées, à l’initiative des journaux Le Petit Parisien et Excelsior, entre le 23 et le 30 mai 1930. Parmi les soixante-dix-neuf tableaux de trente-six exposants, ses œuvres côtoyaient notamment celles de Claude Monet et d’Armand Guillaumin, ou encore d’Allan Österlind, Paul Madeline, Henri Jamet, Paul Alluaud et Léon Detroy.

Enseignant, fondateur de l’éducation artistique en Transcarpatie, Bela Erdelyi fut aussi écrivain. Réunis sous le titre Les Meilleures expériences de ma vie, ses souvenirs de Gargilesse constituent un témoignage précieux qui nous éclaire sur lui-même comme sur la colonie artistique à laquelle il s’est joint. En ces mois d’été et d’automne 1929, parmi une vingtaine de peintres venus d’horizons divers, dominaient les figures d’Allan Österlind et d’Henri Jamet avec lesquels Erdelyi a particulièrement sympathisé et dont il a brossé le portrait (Bela Erdelyi : portrait d’Henri Jamet). Ses carnets ne mentionnent aucune rencontre avec  Léon Detroy, pourtant propriétaire d’une demeure à Gargilesse depuis 1912, car ce dernier, à l’été 1929, souhaitant échapper à l’agitation estivale du village, avait loué une maison à Fresselines.

Erdelyi Vallée de la Creuse
Erdelyi Vallée de la Creuse

À gauche : Bela Erdelyi, Vallée de la Creuse (1929), huile sur toile, 55 x 38 cm, coll. part.

À droite : Bela Erdelyi, Vallée de la Creuse (1929), huile sur toile, 73 x 61 cm, coll. part. (d.r.)

Bela Erdelyi Rivière

Bela Erdelyi, Rivière - La Creuse - (1929), huile sur toile,

33 x 41 cm, coll. part. (d. r.)

Erdelyi Village du Pin

Bela Erdelyi, Le Village du Pin sur les rives de la Creuse (1929),

huile sur toile, coll. part. (d. r.)

Quelques livres

 

  • Divers ouvrages consacrés à Bela Erdelyi ont paru en hongrois ou en ukrainien. Parmi les publications ukrainiennes, citons :

Ivan NEBESNIK : Adalbert Erdelyi, MS, Lviv, 2007

Alexander GAVROSH : Le Secret d’Erdelyi, Éditions Alexandra Garkush, Oujhorod, 2016

  • Mentionné par Christophe RAMEIX dans L’École de Crozant (Lucien Souny, 1991-2002, p. 143) et dans Impressionnisme et postimpressionnisme dans la vallée de la Creuse (Christian Pirot/La Simarre, 2012, p. 134), Bela Erdelyi n’a jusqu’à ce jour fait l’objet que d’une seule monographie en français :

Christian JAMET : Bela Erdelyi - Le séjour à Gargilesse d’un peintre des Carpates, 87 pages, Orsud Éditions, Orléans, 2021.

Pour tout renseignement, contacter l’auteur sur le présent site.

couverture Erdelyi