LA FAMILLE PATERNELLE

DE PAUL GAUGUIN

                                                                                                                                                                            

1

Comptant  le dernier vice-roi du Pérou ou encore l’illustre Flora Tristan parmi ses figures marquantes, la famille maternelle de Paul Gauguin est indéniablement mieux connue que celle de son père, le journaliste Clovis Gauguin.

 

Il se trouve que les ancêtres paternels du peintre l’ancrent, depuis plusieurs générations, dans la ville d’Orléans où il a vécu lui-même durant près de neuf ans. À ce propos, dans Avant et après (1902-1903), son dernier écrit, l’artiste rapporte entre autres souvenirs une anecdote qu’il situe à « Berbère » - en réalité Cerbère - près de la frontière espagnole, où il se trouvait en avril 1884 : « […] Sur la plage je dessine. Un gendarme qui me soupçonne d’être un espion me dit à moi qui suis d’Orléans : vous êtes Français ?  - Mais certainement ! »

 

« Moi qui suis d’Orléans » : comment mieux témoigner de la conscience qu’avait Gauguin d’appartenir, du côté paternel, à une vieille famille orléanaise dont le berceau se situerait dans un hameau du Loiret qui se nomme précisément « Les Gauguins » [1] ? Beaucoup de Loirétains portent d’ailleurs ce patronyme, particulièrement à Orléans, même si bon nombre d’entre eux  ne se rattachent à l’arbre généalogique du peintre que de façon très lointaine.

 

Au sud de la ville, au cœur du faubourg Saint-Marceau, vivait entre la fin du XVIIe siècle et le début du XVIIIe un certain Guillaume Gauguin, né vers 1677, qui exerçait le métier de vigneron. Ce dernier a eu trois fils : Pierre, Guillaume et Étienne. Mort en 1848, Guillaume, deuxième du nom, n'a pas eu de descendance. Étienne Gauguin (1710-1781)  est quant à lui à l'origine d'une branche familiale encore largement présente à Orléans ou ses alentours, mais c’est de Pierre Gauguin (1724-1781)  que descend le peintre.

 

Époux de Françoise Proust, Pierre a été le père de trois filles (Marie-Madeleine ; Françoise, épouse Gallinand ; Marie-Anne, épouse Bruzeau) et deux fils, Pierre-Michel et Guillaume Gauguin (1758-1845), lui-même père d'un autre Guillaume (1784-1855) duquel sont issus Clovis Gauguin, né au 5, Croix-Saint-Marceau (1814-1849) et Isidore Gauguin, né au 9, rue Dauphine (1819-1893), respectivement  père et oncle de Paul.

 

-------------------------------------------------

 

[1] Non loin de Courtenay, ce hameau se rattache à commune de Saint-Hilaire-Les Andrésis (Loiret).

Paul Gauguin vers 1865.jpg
Paul Gauguin vers 1865

2

Descendant de jardiniers, Guillaume, grand-père paternel du peintre, a été épicier, jusqu’en 1838, dans le quartier de la Croix-Saint-Marceau. Sa boutique offrait une grande variété de produits importés, acheminés à Orléans par voie fluviale. Marié depuis 1813 à Marie-Élisabeth Juranville, native de Sandillon (Loiret), il a acheté, en 1839, une maison dotée d’un jardin, sise au 25 quai Neuf, encore nommé quai Tudelle (actuel quai de Prague) puis, en 1847, la maisonnette qui se trouvait à l’arrière de cette propriété, au bout d’un jardin contigu, et dont l’entrée se trouvait au n°10 de la rue Tudelle [2]. Après son décès, le 9 avril 1855, l’ensemble a un temps appartenu à ses petits-enfants, Paul et sa sœur Marie [3] qui avaient hérité de ce bien. Tous deux ont vécu quelques années dans la demeure du 25, quai Neuf, après leur retour du Pérou, en 1855 [4].

 

 

Ensemble et détail d'une carte postale du début des années 1900.

Comme la rue Saint-Marceau qui lui est parallèle (à droite), l'avenue Dauphine débouche sur la Croix Saint-Marceau

que l'on aperçoit sur le détail de la photo.

Selon l'inventaire après décès de Guillaume Gauguin, le 25 avril 1855, son épicerie comportait une "boutique" ouvrant

sur la place de la Croix-Saint-Marceau (n°5, au rez de chaussée de la maison,

de nos jours démolie, que l'on voit derrière la voiture à cheval) et un "magasin" au n°9 de la "rue" Dauphine (au rez de chaussée

d'une autre maison, également démolie aujourd'hui, séparée de la première par une cour).

Vue ancienne du quai Neuf (ou quai Tudelle).

La flèche indique la maison des Gauguin (toujours visible) au n°25.

 

-------------------------------------------------

 

[2] Aujourd’hui démolie, cette maison a été remplacée par un garage (16, rue Tudelle).

[3] L’ensemble a été mis en vente à la majorité de Paul, en 1869, et vendu l’année suivante.

[4] Voir plus loin.

Place Croix St Marceau 1950.jpg
épicerie Gauguin.jpg
25 quai neuf.png

3

 

 

 

 

Paul Gauguin : deux portraits probables de son oncle paternel, Isidore Gauguin [5].

 

L’oncle « Zizi » (ainsi surnommé, selon Gauguin, « parce qu’il se nommait Isidore et qu’il était tout petit » [6]) autrement dit Isidore-Fleury, second fils de Guillaume, a vu le jour le 6 avril 1819, faubourg Saint-Marceau, au n° 9 de la rue Dauphine [7]. Célibataire, joaillier durant plusieurs années dans le centre-ville d’Orléans où il avait ouvert une bijouterie rue des Petits-Souliers (actuelle rue Louis-Roguet), il est ensuite allé vivre dans la maison du quai Neuf aux côtés de son père, veuf depuis 1845. 

 

Républicain convaincu, il a échappé de peu à une déportation en Algérie en raison de sa participation à une manifestation devant la mairie d’Orléans, le 2 décembre 1851, au moment du coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. En 1855, après l’installation au 25, quai Neuf de sa belle-sœur Aline et de ses neveux, il a vraisemblablement habité (jusqu’au départ de Paul pour Paris, en 1862) la maisonnette qui se trouvait à l’autre extrémité de ce qui était devenu un seul jardin depuis 1847. Subrogé-tuteur des enfants à la suite du décès de son frère [8], Isidore s’est particulièrement occupé de Paul après le départ d’Aline pour Paris, en 1861, lorsque l’enfant rentrait du petit séminaire de la Chapelle-Saint-Mesmin, le premier mercredi du mois. L'oncle Isidore était secondé par une cousine dont la mère était née Gauguin, Jenny Meunier, alors âgée de vingt ans et qui vivait à quelques pas de la maison du quai Neuf [9].

-------------------------------------------------

 

[5] Peinte vers 1884, l’huile sur toile (27,6 x 19,1 cm) présentée ci-dessus à gauche, se trouve au Dallas Museum of Art (Dallas) où elle apparaît sous le titre Portrait d’un homme. Selon Daniel Wildenstein, il s’agit d’Isidore Gauguin que Pola, fils du peintre, a nommé à tort l’oncle « Henri » lors de son identification du tableau. Sans doute Pola Gauguin commet-il la même erreur de prénom à propos du dessin au crayon sur papier (13,2 X 10 cm, coll. part.), présenté ci-dessus à droite, comme un autre portrait d’ « Henri » Gauguin  : « Je certifie que ce dessin  : le portrait d’Henri Gauguin (l’oncle de P. Gauguin) est un dessin authentique du peintre Paul Gauguin, et m’est revenu après la mort de Monsieur P. Gauguin. Paris le 12 janv. 1925 Pola Gauguin. »  Reconnu par l’Institut Wildenstein-Plattner en octobre 2019 comme une œuvre de Paul Gauguin, ce portrait au crayon pourrait donc représenter lui aussi Isidore. Si l’on en croit Pola Gauguin, Il aurait été réalisé en 1878.

[6] Paul Gauguin, Avant et après.

[7] La maison n’existe plus aujourd’hui et a été remplacée une autre dans l’actuelle « avenue Dauphine ».

[8Voir plus loin, à propos de Clovis.

[9David Haziot, Gauguin, Fayard 2017, p.78.

oncle zizi Dallas.jpg
oncle zizi dessin.jpg

4

Frère aîné d’Isidore et père de Paul, Clovis Gauguin est né le 17 avril 1814 dans la maison du 5, place de la Croix-Saint-Marceau. On ne sait rien de ses jeunes années orléanaises. Après un séjour de quinze mois au Caire [10], il aurait voyagé en Grèce puis en Italie. Ses études, dont on ignore la nature, l’on conduit au métier de journaliste. Faute d’avoir retrouvé des articles signés de sa main,  Charles Chassé et Jean de Rotonchamp, biographes de Paul Gauguin, ne l’ont pas estimé de  grande envergure: « Clovis Gauguin ne dut pas […] jouer dans la presse de son temps un rôle bien considérable », note par exemple Jean de Rotonchamp dans Paul Gauguin, en 1906. Ce fut pourtant un homme de conviction, doué d’un talent de polémiste.

 

C’est le républicain Garnier-Pagès (1801-1841) qui l’a formé à la politique et l’a probablement recommandé à un ami de George Sand, Giverd, grâce auquel il est entré en tant que rédacteur en chef au journal L’Association, fondé en juin 1840 à Nevers (16, rue des Merciers) par quelques notables de gauche. « Dès ses premiers articles, écrit Guy Thuillier, Gauguin s’élève avec violence contre le régime; il condamne le juste milieu, source de tous les maux. […] Il se plaint en octobre 1840 à Garnier-Pagès d’être placé dans un milieu fort tiède et, à partir de janvier 1941, il signe très peu d’articles : les Nivernais n’aiment pas les polémiques trop violentes et il est probable que son départ était déjà décidé.» [11] Clovis Gauguin quitte en effet ce journal au mois de juin 1841 pour prendre, à Caen, la direction du Pilote du Calvados dans lequel il va publier des articles polémiques d’un ton particulièrement violent (De l’indifférence politique, Sommes-nous libres ? …). « Mais le Procureur de Caen est beaucoup moins tolérant que celui de Nevers, poursuit Guy Thuillier, et il a peu de considération pour ce jeune homme de 25 ans qui n’a aucune protection locale. Aussi, dès la première maladresse de Gauguin, décide-t-il de le poursuivre. » [12] On ne s’étonnera donc pas du départ de Clovis, pour Paris cette fois, où il va devenir chroniqueur politique au National, journal de l’opposition républicaine, dirigé depuis 1836 par Armand Marrast, par ailleurs homme politique et notamment président de l’Assemblée nationale en juillet 1848.

-------------------------------------------------

 

[10] Le 9 juillet 1840, Clovis Gauguin a livré au journal L’Association (voir plus loin) ses « Impressions d’un voyage en Égypte ». In Guy Thuillier, « Un journaliste radical : Clovis Gauguin », La Revue administrative, N° 300, novembre/décembre 1997, pp. 613-619.

[11] Guy Thuillier, op. cit., p. 615.

[12] Ibid. p. 617

5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cham, L'Assemblée en récréation, caricature, 1848.

Marrast tentant de rétablir le calme à la Constituante en agitant sa cloche.

 

C’est par l’intermédiaire de son directeur de journal que Clovis Gauguin rencontre celle qui va devenir son épouse le 15 juin 1846, Aline Chazal, fille d’un graveur lithographe et de Flora-Célestine-Thérèse-Henriette de Tristan y Moscoso, plus connue sous le nom de Flora Tristan, femme de lettres pionnière du féminisme. Aline lui donne deux enfants : Fernande-Marceline-Marie, le 25 avril 1847, puis Eugène-Henri-Paul, le 7 juin 1848. Ils vont à peine connaître leur père vu que ce dernier meurt subitement à Port-Famine, dans le détroit de Magellan, le 30 octobre 1849. Accompagné des siens, il s’exilait à Lima où, devant la menace que représentait Louis-Napoléon Bonaparte, il comptait fonder un journal républicain. Aline et ses deux enfants ont poursuivi sans lui le voyage et vécu durant quelques années auprès leur vieil oncle, Don Pio de Tristan y Moscoso, naguère vice-roi du Pérou.

 

Comment s’étonner du caractère bouillonnant de Paul Gauguin, issu d’une famille paternelle engagée qui détestait les « tièdes » et descendant, par sa mère, d’une figure majeure du combat social des années 1840 ? La fécondité de sa création picturale ne l’a pas empêché d’être lui aussi tenté par l’écriture mais également le journalisme, entre 1899 et 1900, puisqu’il a été collaborateur, à Tahiti, du journal Les Guêpes et unique rédacteur en chef de neuf numéros manuscrits d'une publication satirique intitulée Le Sourire.

caricature.jpg

6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Gauguin, Le Sourire, bois gravé (1899) , 10,2 x  18,2 cm, collection particulière.

 

Christian Jamet, octobre 2021

 

Du même auteur :

Gauguin à Orléans, Éditions La Simarre, 2013

Gauguin avant Gauguin, « Découvertes », 2019 [https://www.christian-jamet.com/paul-gauguin]

Gauguin – Les chemins de la spiritualité, Cohen&Cohen éditions, 2020

Sourire.jpg